THE BIRTH OF A NATION, la critique

Pied de nez au film sudiste homonyme de 1915 qui nous faisait l'apologie du Ku Klux Klan, The Birth of a Nation nous raconte la rébellion d'un homme noir dans les plantations de coton du début du XIXe siècle.Un homme de foi chez qui va monter une volonté de rébellion face à la cruauté insoutenable de l'esclavage. Ce bain de sang, justifié sans cesse par la Sainte Bible, sans lequel la flamboyante Amérique n'existerait pas. Un film pour ne jamais oublier celà.

A la fois réalisateur et acteur principal, Nate Parker décide en quelques sortes de porter seul le propos de son film. Habité par son personnage, il montre une facilité déconcertante à traverser les registres et les émotions, tour à tour attendrissant, attachant, charismatique, émouvant, pour laisser finalement éclater une colère animale.


A travers une oeuvre éminemment religieuse mais critique, il parvient à transmettre parfaitement le sentiment d’oppression pesant sur la vie sans valeur d’un esclave au yeux des maîtres blanc. Bien qu’étant blanc moi-même, j’avoue que le sentiment d’empathie et de menace a été total. Car la plus grande prouesse de ce long métrage est de réussir à faire jaillir de la beauté au milieu de toute cette horreur. Nous prouver que malgré la mécanique de déshumanisation du système esclavagiste, les esclaves n'en restent pas moins des êtres humains. La démonstration est faite qu'on ne peut enlever à l'homme ni sa volonté d'amour, ni sa soif de justice.


Evoquant à la fois la rébellion de Moïse face à l’esclavage du peuple juif, et l’iconographie christique, Nate Parker nous raconte tout simplement, et dans le plus grand respect, l'histoire d'un prophète, et peut-être même d’un Christ noir. Pas nécessairement dans un combat manichéen opposant les ethnies et les peuples, mais dans une volonté de prendre part à sa propre Histoire, et d’ériger un mythe à transmettre au peuple afro-américain. Enfin, il élargit largement son propos par ses parallèles répétés avec la Passion. Nate Parker cherche à nous démontrer que sans le moindre doute ce qui s'est passé s'est reproduit et pourrait se produire encore.


Je ne peux pas m'empêcher de penser que c'est une magnifique façon de conclure les années Obama.




De Nate Parker

Avec Nate Parker, Armie Hammer, Mark Boone Junior...

Genres Biopic, Historique, Drame

Nationalité : USA

Durée : 2h00

Date de sortie 11 janvier 2017

© 2017 Les Critiques de Nico. Créé avec Wix.com

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now