© 2017 Les Critiques de Nico. Créé avec Wix.com

TOMB RAIDER, la critique

07/04/2018

écrit par

 

La jeune Lara Croft, loin de l'archéologie et vivant de petits boulots, se voit lancée par la fée des scénarios sur la route de son père disparu, parti à la recherche du tombeau d'une anthique sorcière japonaise. 

 

La précision va sembler curieuse, mais Lara Croft est une femme. Que l’on adhère ou non aux travers qu’a pu connaître la série vidéo-ludique au cours des années, de part l’hyper-sexualisation du personnage, Lara Croft n’en reste pas moins une femme. Ca n’est pas simplement cosmétique, c’est ce qui fait sa spécificité vis-à-vis d’un Indiana Jones ou d’un Nathan Drake.

De ce fait, une des caractéristiques de cette nouvelle adaptation qui m’a le plus dérangée, c’est que pas une virgule n’aurait été modifiée dans le scénario si l’on avait offert ce rôle à un homme.

On pourrait me taxer de sexisme, cependant je reproche également à ce film, qu’une fois de plus, la quête du personnage ne tourne intégralement qu’autour du fait de retrouver son père. D’une part, ce choix amène le film à emprunter plusieurs scènes à l’inoubliable Dernière Croisade de Spielberg, de façon fade et inefficace ; d’autre part, le personnage n’existe jamais par lui même et ne connaît pas de véritable progression personnelle.

En allant un peu vite, on pourrait rétorquer que, de toute façon, Lara Croft n'est qu'un personnage vide, une simple bimbo servant à vendre des jeux à de jeunes garçons en manque. Mais c’est sans compter avec le reboot qu’a connu la série il y a quelques années. Bien loin d’une caricature des pires personnages féminins dont les années 90 ont accouchées, elle a d’abord été une icône incontournable du jeu vidéo, avant de devenir un personnage de femme qui s'accomplit dans sa quête personnelle et professionnelle.

 

En effet dans ses récentes aventures, Lara est une jeune femme compétente, belle certes, mais avant tout une étudiante cultivée qui va faire montre de ressources inépuisables face aux épreuves qui vont se présenter devant elle.

Ici, dans les dispensables trente premières minutes du long métrage, on cherche absolument à nous vendre le fait que Lara n’est pas un individu comme les autres. Elle pratique de kickboxing, bât des hommes à la courses, se fait arrêter… On cherche à nous montrer qu’elle est forte, en somme, qu’elle vaut bien un héros masculin dont elle adopte les codes. Il ne devrait pas être question de ça. Comme lorsque nous étions manette en main, Lara dévoilait toutes ses capacités au coeur de l’action. La surprise était cruciale à mettre en place, car elle donne son fil conducteur au personnage et permet par ce biais de faire passer un certain message.

 

De plus, elle renonce à son statut social et refuse les ressources financières de sa famille. Pourquoi cette volonté d’en faire un personnage dans la précarité ? Le réalisateur pense t-il que l’ouverture d’esprit est le monopole des classes populaires ?Lara Croft est une jeune femme riche qui a eu la meilleur éducation, a étudié l’archéologie dans les plus grandes universités mais n’a pas peur de se salir les mains ou le débardeur. Ce qui fait le sel de son origin story, c’est de voir ce stéréotype de petite princesse britannique en prendre plein la tronche et démontrer néanmoins qu’elle a ce qu’il faut pour surmonter tous les dangers.

 

Alicia Vikander a prouvé qu’elle était une actrice accomplie, malheureusement elle est coincée dans un long métrage caricatural, peu soucieux de lui offrir un rôle au moins à son niveau. La forme y est mais jamais le fond du personnage. Il est ici prévisible, dépendant des autres, là où le jeu présentait un personnage solitaire, à la troisième personne, poussé par le gameplay à aller toujours de l’avant.

Angelina Jolie, qui l’a précédée dans le rôle, avait pour elle de pouvoir assumer sans complexe son statut de femme. Peu importe qu’elle ait une paire de seins, cela ne l’empêchait pas de s’assumer totalement et d’en mettre plein la vue dans un environnement où elle croisait majoritairement des hommes, souvent machos, violents ou libidineux. Dans ce nouveau film, le fait que Lara soit une femme n'a strictement aucune conséquence lorsqu'elle se fait capturer par une bande de gros balourds bloqués entre mecs sur une île déserte depuis plusieurs années ! Et je précise que le jeu dont est inspiré ce film avait affronté le sujet frontalement au point d'essuyer les critiques. 

 

Tomb Raider est porté péniblement par son actrice principale, entourée de seconds rôles convenus, quand il ne sont pas simplement caricaturaux. Le tout étant achevé par pas mal de non sens, un suspens inexistant (le twist est téléphoné, textoté, faxé, dès la première apparition du personnage impliqué), et l’abandon du fantastique, figure imposée du genre, qui ne nous épargne cependant pas une bouillie numérique totalement inappropriée, qui finit de démontrer le manque d’investissement dans cette production. Et je passerais rapidement sur le montage, qui nous plonge dans un impitoyable enfer du flashback, et où quelques ellipses auraient été grandement salutaires.

 

Une fois de plus, une adaptation de jeu vidéo sur grand écran aura montré la difficulté de la démarche. Le média, de part la multitude de choix qu’il offre en temps réel, est très difficilement réductible à un visionnage passif de l’aventure dans une salle de cinéma. Mais encore, la technologie et les artistes du jeu vidéo sont parvenu à un tel photoréalisme, ces dernières années, que présenter un personnage sous les traits d’un acteur c’est déjà trahir l’oeuvre originale. Tout comme on arrive très rarement à oublier le comédien derrière le rôle d’une star de la musique ou du cinéma dans un biopic, on connaît les traits de Solid Snake, de Nathan Drake ou de Lara Croft par coeur pour les avoir côtoyé ces personnages pendant des heures. Au mieux, c’est un interprétation intéressante, au pire, juste le sentiment que l’on a passé de meilleurs moment derrière sa console, et qu’on ne nous y prendra plus. Jusqu’à la prochaine fois, malheureusement.  

 

 

 

Réalisation : Roar Uthaug

 

Acteurs principaux : Alicia Vikander, Dominic West, Walton Goggins, Daniel Wu, Kristin Scott Thomas

 

Pays d’origine : États-Unis, Royaume-Uni
Genre : Aventure
Durée : 118 minutes

 

Sortie le 14 mars 2018

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload